mercredi 13 avril 2016

Ennuis debout 2 Panem et circenses


« Du pain et des jeux, c'est tout ce qu'on veut », quelqu'un, avant-hier, sur Radio Debout. Si encore il avait été contredit.
Sans commentaire.

Suite de mon post « Ennuis debout » (critique du mouvement Nuit Debout, accompagnée de propositions -tu vois bien que j'ai des idéaux.)
Je continue de suivre ce qu'il se passe au sein du mouvement, je lis également les comptes rendus des AG auxquelles j'ai fait le choix de ne pas participer, étant donné que je suis en désaccord sur beaucoup de points, et que j'estime que le mouvement est manipulé (non je n'ai pas attendu que le Figaro publie un article pour penser et dire ça).

8) L'éducation des enfants est au centre des préoccupations du mouvement.

a) Il est question d' « abolir l'école privée », de « retravailler les manuels scolaires ». On peut comprendre que, par exemple, l'histoire selon Fernand Nathan en ait traumatisé plus d'un… à suivre.

b) « Idée de faire des ateliers pour les enfants le mercredi pour leur expliquer ce qu’il se passe sur la place »
Ne pensez-vous pas que c'est aux parents d'expliquer, s'ils le jugent nécessaire, ce qu'il se passe à leurs enfants ?

c) « Apprentissage par le jeu, rebaptiser les écoles maternelles en centres éducatifs et ludiques. »
Je serais d'avis, et je pense que beaucoup le partageront, de distinguer éducation et instruction. Il serait utile d'avoir un débat là-dessus. Je propose que l'école s'occupe de l'instruction des enfants, et leur famille de l'éducation. Je propose dans le même temps de rebaptiser l'éducation nationale « Instruction nationale ». Ceci réglerait de nombreux problèmes. Par exemples : les parents donneraient eux-mêmes s'ils le souhaitent et surtout quand ils le souhaitent, des cours d'éducation sexuelle et de morale à leurs enfants. Cela réglerait les inquiétudes légitimes ou non, liées à la théorie ou prétendue théorie du genre. Ce qui est important, c'est de répondre aux inquiétudes qui ont été, à plusieurs reprises, formulées, qu'elles soient rationnelles ou irrationnelles -là n'est pas la question.
Ceci sera bénéfique à l’éducation nationale devenue Instruction nationale, qui ne se verra plus reprocher de s'immiscer sur le terrain de la morale.

9) Revenu de base international. L'idée est séduisante. Qui refuserait 1000par mois ? Il y aurait selon la personne interviewée ici (à 26min) → vidéo des pistes de création monétaire. L'idée émise est la suivante : la banque centrale européenne créerait une nouvelle monnaie (Projet QE for people http://www.qe4people.eu/), et la reverserait sous forme de dividendes directement aux citoyens, cette monnaie servirait également pour les investissements publiques.

a) Très bien. Très bien dans les grandes lignes du moins. Car il est question dans le même temps, de créer, je cite « un revenu émancipateur pour les plus jeunes, leur permettant de ne plus dépendre de leur foyer. » Il faudrait savoir ce que vous mettez derrière « les plus jeunes ».
A 20-25 ans, c'est bien de pouvoir « s'émanciper » et d'avoir la possibilité de quitter le foyer, de ne plus en « dépendre ». Mais à 14-16 ans, donner la possibilité financière à un jeune de quitter son foyer, me semble une aberration. Si un jeune de 16 ans peut s'assumer financièrement, en pleine rébellion (normale à cet âge) contre ses parents, il pourrait décider de partir. Et ce serait trop tôt. Je ne dis pas qu'il n'y a pas d'exemples qui pourraient contredire ceci, je dis que si cela se généralisait, ce serait problématique. Les parents pourraient perdre l'autorité légitime qu'ils ont sur leurs enfants, qui n'auraient plus qu'à répondre « Je fais ce que je veux avec mon argent. » par exemples tatouages, drogues, sorties, à quoi bon étudier ? etc -je ne porte pas de jugement là-dessus, je dis que c'est aux parents de fixer les limites.
Je ne cherche pas la petite bête, je dis qu'il faut penser le revenu de base en tenant compte d'un certain nombre d'éléments.

b) Une question se pose : Si tout le monde touche un revenu sans que cela nécessite de travailler/d'avoir un emploi, est-ce que la majorité des gens ne va pas simplement en profiter et ne pas travailler ? Et si pas, ou peu de gens travaillent, comment va-ton produire des biens ou des services ? Qui va conduire les bus, qui va nettoyer les rues, qui va réparer les voitures, qui va les fabriquer, qui va faire, et pourquoi faire ? Puisque l'argent tombera chaque mois, que l'on fasse ou non.

c) Une remarque en passant, je trouve que dire que « tout est travail » est exagéré. Une personne retraitée ne travaille plus, c'est le principe de la retraite (ce n'est pas ce qui est dit, toujours la dans même vidéo vers 34min).
Je me demande -et je pose la question, si, en fin de compte, ce que vous souhaitez n'est pas simplement une société de loisirs... 

10) Je passerai sur le fait que le mouvement soit majoritairement composé, (à 40min) d' « intellectuels bourgeois » car il est possible que ce soit le cas à Paris uniquement. Je ne vais donc pas généraliser.
Cependant, le fait que le mouvement tente de rallier les banlieues à sa cause démontre que, déjà, les personnes des banlieues ont été absentes des « débats », des votes etc qui ont eu lieu jusqu'à présent, et que cette classe sociale n'y est pas (ou très peu) représentée pour l'instant. 
Qui d'autre est exclu ou s’exclue du mouvement, et pourquoi ? 

11) On peux supposer que la majorité des croyants ne font pas partie du mouvement, ou n'en feront pas partie.

a) L’antispécisme y est, depuis peu, présenté comme une causes à défendre, sans doute parce que Mr Aymeric Caron vient de sortir un livre sur le sujet. Certains me diront que l'antispécisme est une cause ancienne et me donneront des dates. Toujours est-il que l’antispécisme était absent du débat jusqu'à l’intervention de Mr Caron. 
Comme vous le savez, les croyants sont créationnistes, et ne se considèrent par conséquent pas comme des animaux. (Les croyants ne sont certainement pas les seuls à ne pas se considérer comme tel -aurait pu dire Guillaume). Encore une fois, sur le constat tout le monde est d'accord : les animaux sont des êtres vivants, ils faut les préserver, les respecter, tâcher de vivre en harmonie avec la nature etc.
De là à affirmer que tous les êtres vivants se valent. C'est excessif. Et que faites vous de la chaîne alimentaire ? L'être humain a des besoins alimentaires spécifiques. 
Bientôt vous allez nous dire qu'il ne faut pas manger de légumes parce que ce sont des êtres vivants, et qu'après tout, l'on partage de l'ADN avec les bananes. Et qu'on ne me dise pas que je défends la consommation de la viande à chaque repas (je n'en mange d'ailleurs pas). 

b) Le féminisme. Il semblerait qu'il existe plusieurs féminismes. Lequel d'entre eux le mouvement défend-il ? Le féminisme de Fourest, des Femens (qui, rappelons-le, ont clairement un problème avec les religions), un féminisme qui défendrait les femmes juives ou musulmanes qui souhaitent porter le voile, les horaires spécifiques pour les femmes à la piscine, l'équité ? 
Je me suis entendue dire, à l'une des assemblées du mouvement, qu'il n'y avait qu'une façon d'être féministe, que les femmes qui se disaient féministes mais ne défendaient, par exemple, pas spécialement les transsexuels n'étaient pas féministes. Ainsi, il n'y aurait qu'une façon d'être féministe, et l'on retirerait le droit de se dire féministes aux femmes qui ne le seraient pas de la façon dont il faudrait l'être. Le mouvement devrait défendre les féminismes, et non le féminisme.

12) Le mouvement en lui-même. Comme je l'ai exprimé précédemment, le mouvement n'est pas, selon moi, sorti de nulle part. Le maître à penser du mouvement, Mr Lordon, le dit et l'explique lui-même (toujours dans la même vidéo, à partir de 46min30) :
« les choses ne naissent pas spontanément », c'est évident.
Je serais curieuse de lire ou d'entendre une démonstration du contraire.

Suite : Ennuis Debout 3
Article précédent : Ennuis Debout 1

#EnnuisDebout

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire