lundi 11 avril 2016

Ennuis debout 1


Je me suis rendue à trois assemblées générales dans ma ville. J'y ai cru mais j'ai très vite déchanté.
J'ai suivi par la suite Radio Debout, les différents comptes Twitter du mouvement, les tchats et les forums.
J'ai relevé de nombreux problèmes, qui sont apparus dès le départ :

1) Les personnes qui composent les assemblées, devenues depuis le mouvement Nuit Debout, sont essentiellement de gauche/extrême gauche/marxistes/libertaires. Ce qui ne poserait pas de problème s'il était question d'un parti politique. Seulement, le mouvement se réclame mouvement populaire.
Pour que ce mouvement soit réellement populaire, il faudrait que le peuple, c'est à dire toutes religions ou non religions (athées, musulmans, chrétiens, juifs, agnostiques, bouddhistes etc), tous bords politiques ou apolitiques (de gauche, de l’extrême gauche, du centre, des verts, de la droite, de l'extrême droite, des royalistes, etc), toutes convictions, tous milieux sociaux etc, y soient représentés.
Il faudrait bien sûr composer avec toutes les divergences, avec toute cette diversité.

2) (conséquences du 1er point) Je ne pense pas qu'une nouvelle constitution puisse être écrite par les représentants d'un parti, car, pour l'instant, un seul parti est représenté par le mouvement. Si rédaction d'une nouvelle constitution il y a, il est indispensable d'accepter que tout le monde participe à l'écriture de cette dernière (relire le 1er point). 
Il semble que vous avez déjà défini les conditions d'écriture de cette constitution. Entre vous (problématique récurrente de l'entre-soi). Votre constitution ne sera pas valable si tout le monde n'a pas validé et participé à : la décision d’écrire une nouvelle constitution, les conditions et les modalités d'écriture de ladite constitution, l'écriture de cette dernière. Comment comptez-vous la faire appliquer ? Allez-vous la proposer ou l'imposer (coup d'état ?)

3) J'ai entendu une personne qui proposait un dialogue, au sein de nuit debout (périscope d'AG), avec l'extrême droite, se faire huer. Une femme a souhaité prendre la parole et quand elle a dit que son mari était dans les forces de l'ordre - ce qui ne l'empêchait pas de partager des idéaux avec le mouvement, elle s'est faite huer, si bien qu'elle est partie avant de pouvoir terminer d'expliquer sa situation.
Et ça parle de tolérance, dans les AG.

4) J'ai su (Twitter) qu'une assemblée a scandé « Tout le monde déteste la police ». La Police n'est pas un ennemi. Je ne vois pas l'intérêt de faire tourner sur les réseaux sociaux, des vidéos de fins de manifestations, sorties de leur contexte, montrant des violences policières. Il y en a, et il faut les condamner. Mais il y a des violences aussi côté manifestants (qu'il faut condamner aussi), et personne ne relaye les images. De la même façon, quand un manifestant est blessé, l'info tourne en boucle sur le net, mais quand des policiers sont blessés, personne ne relaye. En clair, il y a parfois des violences et ce des deux côtés, et choisir de ne montrer que celles commises par les forces de l'ordre, c'est de la manipulation. Un peu ce que j'ai pu voir reproché aux médias sur certains forums des assemblées.
Ce n'est pas constructif. Et je pose la question : à quoi bon monter les gens contre la Police ?

5) Les revendications – ah zut ! Il ne faut pas dire revendications parce que Mr Lordon l'a dit. Les propositions, alors, ou les projets, qu'importe.
a) Le féminisme. Féminiser la langue française. En quoi cela va changer les choses ? J'aimerai que l'on m'explique l'idée dans les détails. Si on ajoute des « e » partout, y aura moins de violences faites aux femmes ? Y aura plus d' « égalité » ?
Le féminisme, oui, si c'est pour que les femmes soient payées, à travail égal, autant que les hommes. Le féminisme, oui, si c'est prendre la défense des femmes musulmanes qui souhaitent porter le voile. Il n'y a pas une façon d'être libre, d'être femme. Il est même question, au sein des assemblées, je cite d' « imposer le féminisme ». Traduisez, l'on va imposer aux femmes notre façon d'être libre. Le féminisme, oui, s'il est question d'équité. Mais ce qui est mis derrière le mot « égalité » est parfois inquiétant. En passant, en quoi le fait que la société soit patriarcale (l'est-elle réellement toujours ?) est un problème ?

b) « L'ouverture des frontières ». En voilà une belle idée. Mais dans un état d'urgence, avec une menace terroriste, cela est beaucoup moins séduisant. Et surtout, surtout, le mouvement se dit contre la mondialisation, dans le même temps j'ai entendu « nous sommes citoyens du monde ». Si vous êtes citoyens du monde et pour l'ouverture des frontières, j'ai du mal à comprendre comment vous pouvez vous prétendre contre la mondialisation. Cela manque de cohérence.
Si vous voulez –idée marxiste, abolir les frontières, et si vous vous réclamez citoyens du monde, ne pensez-vous pas qu'il va vous falloir un gouvernement mondial ? Avec une monnaie unique. Vous avez déjà entendu parler d'une gouvernance mondiale ?… êtes vous au fait des conséquences que cela pourrait avoir ? 

c) Le « port d'un signe distinctif », pour se reconnaître et afficher son appartenance au mouvement, a été voté dans ma ville à la seconde assemblée, sans débat préalable. Est-ce bien nécessaire que j'explique en quoi c'est une mauvaise idée ?…

d) « Contre le racisme et les discriminations » On ne peut être que d'accord avec ce vote. Là où les choses se compliquent, c'est quand il est dit qu'il existe, par exemple, une homophobie d'état. Autant il est évident que l'état a un problème avec l'Islam, autant on ne peut pas dire que l'état soit homophobe ; si c'était le cas, le mariage pour tous n'aurait pas été mis en place. J'ai vu sur certains forums, que les femmes pouvaient être incluses dans les « minorités » à défendre. Les femmes sont une minorité ?… Il faudrait clarifier tout ceci.
   
e) « Pas de récupération » Ok, je crois que c'est raté (voir point n°1)

f) Il y a bien sûr des « projets » que je soutiens, depuis mon petit appartement -du coup : « L'arrêt des interventions politiques et militaires à l'étranger », j'ajoute qu'il faudrait aussi réparer matériellement, humainement et financièrement des dégâts causés.
« Pour l'amnistie des condamnés des mouvements sociaux », oui, mais s'ils ont mis le feu a des poubelles ou lancé des bouteilles sur la Police, ils doivent répondre de leurs actes. 
Concernant l'écologie, je soutiens bien entendu cette cause. 
« Pour l'accueil des migrants », oui, si les conditions de cet accueil sont réunies. Il y a des migrants à Calais qui repartent chez eux, déçus. Une personne sur place a dit : « Avant je ne buvais pas, je ne fumais pas, maintenant je bois et je fume, il n'y a rien à faire ici, j'ai perdu un an de ma vie, j'envisage de rentrer. » Oui pour l'accueil des migrants si vous savez comment gérer la situation, et qu'ils ne se retrouvent pas parqués je ne sais où.
« Contre la prolongation de l'état d'urgence ». Oui, cela ne peut devenir permanent. De plus, si un autre problème survenait pendant l'état d'urgence, quelles autres mesures seraient prises, puisque l'état d'urgence fait déjà partie de ces mesures ?

6) Les violences
Des vitrines de banques et d'assurances ont été brisée à Paris. Je comprends que l'on soit en colère, notamment contre les banques, mais ce n'est pas en cassant des vitrines que vous allez régler le problème -bien réel, des banques. Vous pouvez tous retirer votre argent des banques en même temps, là, ça fera beaucoup plus mal étant donné qu'il n'y a pas assez d'argent dans les banques pour répondre à cette demande. Par contre, si vous faites ça, si beaucoup de monde fait ça, il faut avoir conscience que le système des banques peut s'effondrer, et tout entraîner dans sa chute. Si vous faites ça, il faut penser à après. Anticiper. À fond. Sinon, c'est complètement inconscient.
 
7) Origine et manipulation du mouvement
Mr Lordon l'a dit, la loi travail n'est qu'un prétexte. Il est possible que cette proposition de loi ait eu pour objectif d'allumer la mèche, en tout cas, elle l'a allumée.
Il est intéressant de constater que les assemblées, devenues le mouvement Nuit Debout, sont apparues en même temps dans toute la France, avec exactement les mêmes « revendications », le même mode de fonctionnement (commissions), le même vocabulaire très connoté, par exemple « lutte ». Cela fait penser à la révolution française de 1789 :
« Ainsi, dans cette singulière campagne, tout se passe comme si la France entière obéissait au mot d'ordre du mieux monté des partis, et on ne voit pas de partis.
Il y a là un phénomène étrange qu'on n'a peut-être pas assez expliqué. Car il ne suffit pas de dire que la France d'alors était révolutionnaire : la communauté des idées ne rend pas compte du concert des actes. Ce concert suppose une entente, une organisation quelconque. » (article reproduit dans "Les sociétés de pensées et la Démocratie moderne" Plon 1955)
Vous croyez que nuit debout et tous les mouvements de ce type qui fleurissent partout en France en même temps sont des mouvements émanant du peuple, vous voyez bien pourtant qu'il y a des gens à leur tête, qui chauffent la foule, désignent vos ennemis.
Je vous invite à lire cet article du Figaro (han ! Elle lit le Figaro !) : Genèse d'un mouvement pas si spontané.
Je vous invite également à vous pencher sur le rôle des Jacobins dans la Révolution Française de 1789. Cela permet de mieux comprendre le mouvement actuel des Nuits Debout.
Étant donné qu'il existe plusieurs versions de l'histoire de France, n'hésitez pas à les comparer.
Je terminerai avec un extrait du livre de Louis Daménie, au titre provocateur de « La révolution. Phénomène divin, mécanisme social, ou complot diabolique ? », que voici : 
« La Révolution n'a pas renié Louis Blanc mais elle lui a préféré Michelet (…) elle préfère celui qui embellit le décor.
La raison de ce choix est évidente ; est-ce que le spectacle ne perd pas de son attrait lorsque les artifices des coulisses sont dévoilés ? »

Mes propositions : le débat, l'information, le boycott, les pétitions, les actions en justice, retour à la banque de France, référendum pour toutes les questions sociales. Entendons-nous, je partage, et beaucoup de gens partagent, une partie de votre constat. 

Exemples :

Boycott : si personne ne consomme Macdo, Macdo disparaît, si tout le monde mange Bio, moins de pesticides dans les assiettes (je pléonasme) etc.

Information : dialogue, tracts, chansons, affiches etc pour expliquer et convaincre de la dangerosité des pesticides, des perturbateurs endocriniens, de l'aluminium comme adjuvant dans les vaccins, des OGM, de l'importance de manger Bio etc
Pétitions : non à l'introduction des OGM dans les produits Bio, non aux OGM sur le territoire, demande d'expertises indépendantes sur la toxicité des pesticides, etc
Actions en justice : plaintes collective. Par exemple, les pesticides sont nocifs, et se retrouvent dans nos assiettes. Peut-on parler d'empoisonnement ? Ceci est-il autorisé par la loi ?
etc.   

#EnnuisDebout

Suite de l'article : Ennuis debout 2 Panem et circenses

Quant à moi, s'il n'y a rien de concret pour le moment, je suis sur beaucoup de choses (écriture, musique, histoire, actualités, dérives de la médecine etc), il s'agira donc de trouver le moyen de faire converger « mes luttes » ;-) 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire