dimanche 19 juin 2016

Le Progrès - Tentative de définition 1


Avant, les transfusions se faisaient avec du sang d'agneau.
Puis la médecine a fait d'énormes progrès, et l'on a enfin pu transfuser les gens avec du sang contaminé.




lundi 25 avril 2016

L'effet papillon



Mon chat a ramené une souris. Je l'ai félicité.
Avant, je paniquais quand il me ramenait des bestioles du genre hannetons ou petits mammifères.
Mais un jour, alors que je rentrais d'une absence d'une semaine, mon chat, très heureux de me revoir, s'est empressé de sortir par la fenêtre pour rejoindre la cour de l'immeuble, et d'en revenir avec un papillon, qu'il a déposé à mes pieds. Ça m'a vraiment émue.
Et ce jour-là, j'ai compris.

article précédent : La poussière primordiale

dimanche 24 avril 2016

La poussière primordiale


Les balais ne sont plus ce qu'ils étaient.
Tu donnes deux trois coups dans le mur et le manche n'y survit pas. C'est un monde !
Je vais signaler ce produit sur http://www.produitsdurables.fr/ , à l'évidence, il n'a pas été conçu pour durer.
Le voisin est venu s'expliquer « Je prenais des chaussettes dans le placard ». Je te dis pas les nuisances sonores les jours où il prend un pantalon.
Les murs étant en papier mâché, je pensais qu'ils lâcheraient en premier.
Je lui ai dit que je dormais, et qu'il m'avait une fois de plus réveillée en sursaut -près d'un an que ça dure.
« Il était 13 heures », a-t-il répondu.
Ce sont mes voisins qui décident de l'heure à partir de laquelle j'ai le droit de dormir, et de l'heure à laquelle je dois me réveiller.
Je ne lui ai pas dit que j'avais chopé un truc très contagieux, qui me contraignait au repos. Par contre, le « je m'en bats les couilles », qu'il a lâché en partant, a sonné à mes oreilles comme une invitation à éternuer sur l’interrupteur du SAS qui sépare nos appartements respectifs.
J'ai ressenti comme une libération.
En fin de compte, ces éternuements répétés, ces quintes de toux incessantes, n'étaient rien d'autre que des tentatives d'expulsion de ce que je ressentais comme étant une petite poussière coincée au fond de la gorge.
Elle est partie.

article précédent : Ennuis Debout 3

vendredi 22 avril 2016

Ennuis debout 3 suite et fin


Suite de ma critique du mouvement Nuit Debout.
La première partie se trouve ici : Ennuis Debout 1

13) La laïcité
Ayant eu l'occasion de lire, sur des forums de Nuit Debout, des échanges/débats assez confus, je recommande à tous la lecture d'ouvrages sur le sujet ; ceci permettra de clarifier les idées de chacun.
Je pense plus particulièrement au livre « Droit de la laïcité » de Mathilde Philip-Gay, passionnant, très abordable, indispensable, un must-have.
Beaucoup de débats confus également sur l'Islam et le voile. Je recommande donc, pour mieux comprendre ce qu'est l'Islam, et encore une fois permettre de vrais débats, ce livre, très abordable et d'une grande clarté, « Le génie de l’Islam » de Tariq Ramadan (si vous n'aimez pas Mr Ramadan, le lire enfin vous offrira la possibilité d'argumenter, plutôt que répéter bêtement ce que vous avez entendu à la télé à son propos).
Je suis surprise de constater que les personnes critiquant le port d'un signe d'appartenance religieuse (kippa, voile…) sont les mêmes qui proposent -dans ma ville pour l'instant (ailleurs ?), le port d'un signe distinctif d'appartenance au mouvement Nuit Debout (j'ai entendu parler d'un carré rouge à épingler sur sa veste).
Je pose la question : le port d'un signe d'appartenance n'est-il pas toujours soumis au même droit de la laïcité ? En quoi le port du voile ou de la kippa serait différent du port d'un signe d'appartenance au mouvement Nuit Debout ?

14) Les exclus du mouvement Nuit Debout (abordé aux points 10) et 11) et 3) et l'idéologie du mouvement.
Je vous propose tout d'abord de visionner cette vidéo : Faisons-leur peur, de Sylvain Baron. Nous apprenons que le service d'ordre du mouvement empêchent certaines personnes de participer aux Nuits Debout, qui, rappelons-le, sont censées être ouvertes à tous.
Je vous propose ensuite le visionnage de cette courte vidéo :  medium mis enligne par Olivier Guillou
L'on y apprend, qu'en plus des autres exclus précédemment cités, les Soraliens ou considérés comme tels, les rouges-bruns ou considérés comme tels le sont également. Ça commence à faire du monde. 
Quant à Mr Finkielkraut qui souhaitait voir ce qu'il se passe sur place, lors d'une Nuit Debout, et qui s'est fait jeter par les jeunes communistes du mouvement... vous auriez du le laisser. Il est aussi un citoyen, après-tout. Je ne dis pas cela pour prendre sa défense, je ne l’apprécie pas beaucoup. Je mets en évidence le fait que le mouvement n'est pas aussi ouvert qu'il prétend l'être.

15) Pilotage et objectif du mouvement (en lien avec le point7)) 
Je suis tombée sur une retransmission audio des vingt dernière minutes de la soirée organisée par Fakir/Ruffin hier soir à la Bourse du Travail (Paris). Il y était question d'un appel à un  « global debout », qui serait la construction d'un mouvement planétaire. Rien que ça. Un meeting est prévu avec des représentants de tous les mouvements types Nuit Debout à travers le monde (Occupy Wall Street, Podemos etc). 
Au moment où j'écris ces lignes, l'on me souffle l'oreillette que le Global Debout a déjà son site Internet... 
Si vous vous définissez comme des citoyens du monde, abolissez les frontières, écrivez une constitution internationale
« Volonté de création d'une pagewiki dédiée à la constitution pour écrire collectivement un texte constitutionnel qui pourrait être national et/ou international (en commun avec d'autres mouvements comme les indignés, occupy...) » (source), avec une nouvelle monnaie unique, alors vous êtes mondialistes, et non anti-mondialistes comme vous le prétendez.
J'avais déjà évoqué ceci ici (point5) b), mais j'insiste. Ajoutons à cela que le mouvement aspire à devenir mondial. Et peux le devenir. Je me répète : il va vous falloir un gouvernement mondial. Avez-vous déjà entendu parler d'une gouvernance mondiale ? N'êtes-vous pas en train de préparez le terrain ? Vous, j'entends par là vous, qui suivez bêtement les gens qui dirigent ce mouvement, et vous, qui dirigez ce mouvement.

16) Un mouvement toléré ou encouragé ?
Il serait facile d’interdire le mouvement, surtout pendant l'état d’urgence. Or, il n'en est rien. Est-ce parce qu'il n'effraye pas le gouvernement ? Ceci n'explique pas grand-chose. Il pourrait ne pas en avoir peur et, dans le même temps, empêcher les manifestations et les rassemblements d'avoir lieu, compte-tenu de la menace terroriste. C'était pas l'idée de la mise en place de l'état d'urgence ? Non parce que si y a plus de menace terroriste, il faut lever l'état d'urgence. Question de cohérence. On ne sait donc toujours pas pourquoi le mouvement est toléré. 
A moins que... non, quand même !
« Pour information nous risquons assez peu de représailles des CRS sur la nuit debout de Lyon car un groupe de haut fonctionnaires de la ville est aller voir le préfet pour le prévenir qu'en cas de répression de ce mouvement, ils viendraient se placer en première ligne face aux CRS, ce qui ferais un scandale médiatique et ce que ne veut pas le préfet ni le gouvernement. » (source)
Ah bah mince alors, je ne sais plus quoi penser...

17) Modifications du langage ou massacre de la langue 
française ? (en lien avec le point11(a) sur le féminisme)
a) « Il ne s'agit pas de censure mais de veiller à un cadre de dialogue respectueux de toustes ». Les exemples sont nombreux.
La féminisation de la langue française ne va-t-elle pas la 
dénaturer ? Créer des aberrations grammaticales, orthographiques et des problèmes d'accords ?
Par ailleurs, ne devrait-on pas se pencher sur la problématique du langage SMS avant toute chose ? 

b) La présomption de genre dans le langage oral
Pourquoi la supposée problématique du genre s'inscrit-elle dans le mouvement féministe ? Si les féministes représentaient les femmes, ce dont je doute, la question du genre ne se poserait pas ici. Puisque, jusqu'à preuve du contraire, les femmes sont de genre féminin. Je reconnais bien entendu que les perturbateurs endocriniens, notamment les pesticides, peuvent modifier l'équilibre hormonal, en se plaçant, de part leurs similitudes structurales avec des molécules produites par le corps humain, sur certains récepteurs ; et qu'à force de trouver, par exemples, des résidus de pilules contraceptives et des métaux lourds dans l'eau du robinet, cela aboutisse à des perturbations hormonales importantes qui elles-mêmes sont susceptibles de déclencher des troubles de l'identité sexuelle. 
Mais cela s'appelle un problème de santé. 

c) La psychophobie 
Néologisme (source). Si quelqu'un qualifie un meurtrier ou un violeur de taré, de cinglé ou de fou, alors qu'aucun diagnostic psy n'a été posé, c'est de la psychophobie. Selon les féministes qui ont inventé le mot et sa définition.
Première remarque : fou, cinglé et taré, ne sont pas des diagnostics psy -qui préféreront d'autres termes plus précis et spécifiques. Les hystériques et les bipolaires, par exemple, ne sont ni des fous, ni des tarés, ni des cinglés, ils sont respectivement hystériques et bipolaires. Il va y avoir un problème avec des expressions type : folie meurtrière, la folie des grandeurs, un fou rire...
Seconde remarque : si les féministes continuent à inventer des victimes, l'on ne pourra bientôt plus insulter personne. Par exemple, traiter quelqu'un de grosse vache s'apparentera à de l'animalophobie. De plus, il faudra supprimer un nombre incalculable d'expressions françaises (des yeux de merlans frit, ours mal léchés, fier comme un coq...). 

18) « L'enfance comme une catégorie sociale dominée », ai-je pu lire. Un enfant doit, en effet, obéir à ses parents, à ses enseignants, plus largement, aux adultes. Depuis quand les enfants sont une catégorie sociale ? 

Je te laisse avec ce cours extrait :

« On y étudie les (…) problèmes politiques, économiques, etc., on y traite d'agriculture, d'art, de morale, de droit. On y débat les questions du jour, on y juge les hommes en place. Bref, ce petit État est l'image exacte du grand, à une seule différence près ; il n'est pas grand, et il n'est pas réel. Ses citoyens n'ont ni intérêt direct, ni responsabilité engagée dans les affaires dont ils parlent. Leurs arrêts ne sont que des vœux, leurs luttes des conversations, leurs travaux des jeux. »

Une question me taraude : 
Comment se fait-il que vous soyez bloqués en mars ? Je croyais que vous étiez tournés vers l'avenir.
#BisousDuFutur
#22Avril 
#EnnuisDebout

Article précédant : Lumière sur 

lundi 18 avril 2016

Lumière sur


Wikipédia, pourquoi révèles-tu l’identité des étoiles* ?
Mon vrai nom à moi c'est Patate, mais je préfère qu'on m'appelle Frite
Évidemment, à cette histoire, j'ai prévu une suite
C’est quand même mieux qu'une chambre d'hôtel
Pour la star que je suis –je me flagelle ensuite
Non, je m'économe ! Ça y est, je la tiens, ma chute ! –ne lâche rien
Ceux qui ne la comprendront pas obtiendront automatiquement la nationalité belge.

*Stars

Trêve de plaisanterie. 
Comme je l'ai dit de manière détournée et espacée dans le temps, je suis actuellement sur un projet musical. Changement de programme, changement d'identité oblige.
Toutefois, afin de faire converger « mes luttes » et de ne pas m'éparpiller, je garde mon premier nom d'emprunt, auquel j'accole Freat. Ce compromis donne ainsi Déborah Reverdy aka Freat.
Ce sera du Rap lent, par opposition au Rap ide.
Trois morceaux sont écrits, textes et musiques. J'en suis au mixage.
Comme je fais, dans le même temps, d'autres choses, je ne vais pas pouvoir te donner de date. Cela peut être dans deux mois, ou bien quatre.
Personne ne m'attend, c'est pour moi un avantage.
Je te demanderai un peu d'indulgence, au moins pour les premiers morceaux, car l'un d'eux, plus qu'être en phase de mixage, est en phase de rattrapage. L'enregistrement se fait à la maison, quand mon voisin, dont je partage le mur, a cessé de se laver, de faire sa machine, de faire les cent pas, de jouer avec ses enfants, de parler, bref, quand il dort.
Il est possible -la tentation est grande, que certains textes apparaissent ici, avant que les morceaux ne soient prêts.
Il est un peu tôt pour te proposer de t'abonner à ma chaîne Youtube, mais, pour info, c'est ici : Déborah Reverdy aka Freat

article précédent : Panem et Circences

mercredi 13 avril 2016

Ennuis debout 2 Panem et circenses


« Du pain et des jeux, c'est tout ce qu'on veut », quelqu'un, avant-hier, sur Radio Debout. Si encore il avait été contredit.
Sans commentaire.

Suite de mon post « Ennuis debout » (critique du mouvement Nuit Debout, accompagnée de propositions -tu vois bien que j'ai des idéaux.)
Je continue de suivre ce qu'il se passe au sein du mouvement, je lis également les comptes rendus des AG auxquelles j'ai fait le choix de ne pas participer, étant donné que je suis en désaccord sur beaucoup de points, et que j'estime que le mouvement est manipulé (non je n'ai pas attendu que le Figaro publie un article pour penser et dire ça).

8) L'éducation des enfants est au centre des préoccupations du mouvement.

a) Il est question d' « abolir l'école privée », de « retravailler les manuels scolaires ». On peut comprendre que, par exemple, l'histoire selon Fernand Nathan en ait traumatisé plus d'un… à suivre.

b) « Idée de faire des ateliers pour les enfants le mercredi pour leur expliquer ce qu’il se passe sur la place »
Ne pensez-vous pas que c'est aux parents d'expliquer, s'ils le jugent nécessaire, ce qu'il se passe à leurs enfants ?

c) « Apprentissage par le jeu, rebaptiser les écoles maternelles en centres éducatifs et ludiques. »
Je serais d'avis, et je pense que beaucoup le partageront, de distinguer éducation et instruction. Il serait utile d'avoir un débat là-dessus. Je propose que l'école s'occupe de l'instruction des enfants, et leur famille de l'éducation. Je propose dans le même temps de rebaptiser l'éducation nationale « Instruction nationale ». Ceci réglerait de nombreux problèmes. Par exemples : les parents donneraient eux-mêmes s'ils le souhaitent et surtout quand ils le souhaitent, des cours d'éducation sexuelle et de morale à leurs enfants. Cela réglerait les inquiétudes légitimes ou non, liées à la théorie ou prétendue théorie du genre. Ce qui est important, c'est de répondre aux inquiétudes qui ont été, à plusieurs reprises, formulées, qu'elles soient rationnelles ou irrationnelles -là n'est pas la question.
Ceci sera bénéfique à l’éducation nationale devenue Instruction nationale, qui ne se verra plus reprocher de s'immiscer sur le terrain de la morale.

9) Revenu de base international. L'idée est séduisante. Qui refuserait 1000par mois ? Il y aurait selon la personne interviewée ici (à 26min) → vidéo des pistes de création monétaire. L'idée émise est la suivante : la banque centrale européenne créerait une nouvelle monnaie (Projet QE for people http://www.qe4people.eu/), et la reverserait sous forme de dividendes directement aux citoyens, cette monnaie servirait également pour les investissements publiques.

a) Très bien. Très bien dans les grandes lignes du moins. Car il est question dans le même temps, de créer, je cite « un revenu émancipateur pour les plus jeunes, leur permettant de ne plus dépendre de leur foyer. » Il faudrait savoir ce que vous mettez derrière « les plus jeunes ».
A 20-25 ans, c'est bien de pouvoir « s'émanciper » et d'avoir la possibilité de quitter le foyer, de ne plus en « dépendre ». Mais à 14-16 ans, donner la possibilité financière à un jeune de quitter son foyer, me semble une aberration. Si un jeune de 16 ans peut s'assumer financièrement, en pleine rébellion (normale à cet âge) contre ses parents, il pourrait décider de partir. Et ce serait trop tôt. Je ne dis pas qu'il n'y a pas d'exemples qui pourraient contredire ceci, je dis que si cela se généralisait, ce serait problématique. Les parents pourraient perdre l'autorité légitime qu'ils ont sur leurs enfants, qui n'auraient plus qu'à répondre « Je fais ce que je veux avec mon argent. » par exemples tatouages, drogues, sorties, à quoi bon étudier ? etc -je ne porte pas de jugement là-dessus, je dis que c'est aux parents de fixer les limites.
Je ne cherche pas la petite bête, je dis qu'il faut penser le revenu de base en tenant compte d'un certain nombre d'éléments.

b) Une question se pose : Si tout le monde touche un revenu sans que cela nécessite de travailler/d'avoir un emploi, est-ce que la majorité des gens ne va pas simplement en profiter et ne pas travailler ? Et si pas, ou peu de gens travaillent, comment va-ton produire des biens ou des services ? Qui va conduire les bus, qui va nettoyer les rues, qui va réparer les voitures, qui va les fabriquer, qui va faire, et pourquoi faire ? Puisque l'argent tombera chaque mois, que l'on fasse ou non.

c) Une remarque en passant, je trouve que dire que « tout est travail » est exagéré. Une personne retraitée ne travaille plus, c'est le principe de la retraite (ce n'est pas ce qui est dit, toujours la dans même vidéo vers 34min).
Je me demande -et je pose la question, si, en fin de compte, ce que vous souhaitez n'est pas simplement une société de loisirs... 

10) Je passerai sur le fait que le mouvement soit majoritairement composé, (à 40min) d' « intellectuels bourgeois » car il est possible que ce soit le cas à Paris uniquement. Je ne vais donc pas généraliser.
Cependant, le fait que le mouvement tente de rallier les banlieues à sa cause démontre que, déjà, les personnes des banlieues ont été absentes des « débats », des votes etc qui ont eu lieu jusqu'à présent, et que cette classe sociale n'y est pas (ou très peu) représentée pour l'instant. 
Qui d'autre est exclu ou s’exclue du mouvement, et pourquoi ? 

11) On peux supposer que la majorité des croyants ne font pas partie du mouvement, ou n'en feront pas partie.

a) L’antispécisme y est, depuis peu, présenté comme une causes à défendre, sans doute parce que Mr Aymeric Caron vient de sortir un livre sur le sujet. Certains me diront que l'antispécisme est une cause ancienne et me donneront des dates. Toujours est-il que l’antispécisme était absent du débat jusqu'à l’intervention de Mr Caron. 
Comme vous le savez, les croyants sont créationnistes, et ne se considèrent par conséquent pas comme des animaux. (Les croyants ne sont certainement pas les seuls à ne pas se considérer comme tel -aurait pu dire Guillaume). Encore une fois, sur le constat tout le monde est d'accord : les animaux sont des êtres vivants, ils faut les préserver, les respecter, tâcher de vivre en harmonie avec la nature etc.
De là à affirmer que tous les êtres vivants se valent. C'est excessif. Et que faites vous de la chaîne alimentaire ? L'être humain a des besoins alimentaires spécifiques. 
Bientôt vous allez nous dire qu'il ne faut pas manger de légumes parce que ce sont des êtres vivants, et qu'après tout, l'on partage de l'ADN avec les bananes. Et qu'on ne me dise pas que je défends la consommation de la viande à chaque repas (je n'en mange d'ailleurs pas). 

b) Le féminisme. Il semblerait qu'il existe plusieurs féminismes. Lequel d'entre eux le mouvement défend-il ? Le féminisme de Fourest, des Femens (qui, rappelons-le, ont clairement un problème avec les religions), un féminisme qui défendrait les femmes juives ou musulmanes qui souhaitent porter le voile, les horaires spécifiques pour les femmes à la piscine, l'équité ? 
Je me suis entendue dire, à l'une des assemblées du mouvement, qu'il n'y avait qu'une façon d'être féministe, que les femmes qui se disaient féministes mais ne défendaient, par exemple, pas spécialement les transsexuels n'étaient pas féministes. Ainsi, il n'y aurait qu'une façon d'être féministe, et l'on retirerait le droit de se dire féministes aux femmes qui ne le seraient pas de la façon dont il faudrait l'être. Le mouvement devrait défendre les féminismes, et non le féminisme.

12) Le mouvement en lui-même. Comme je l'ai exprimé précédemment, le mouvement n'est pas, selon moi, sorti de nulle part. Le maître à penser du mouvement, Mr Lordon, le dit et l'explique lui-même (toujours dans la même vidéo, à partir de 46min30) :
« les choses ne naissent pas spontanément », c'est évident.
Je serais curieuse de lire ou d'entendre une démonstration du contraire.

Suite : Ennuis Debout 3
Article précédent : Ennuis Debout 1

#EnnuisDebout

lundi 11 avril 2016

Ennuis debout 1


Je me suis rendue à trois assemblées générales dans ma ville. J'y ai cru mais j'ai très vite déchanté.
J'ai suivi par la suite Radio Debout, les différents comptes Twitter du mouvement, les tchats et les forums.
J'ai relevé de nombreux problèmes, qui sont apparus dès le départ :

1) Les personnes qui composent les assemblées, devenues depuis le mouvement Nuit Debout, sont essentiellement de gauche/extrême gauche/marxistes/libertaires. Ce qui ne poserait pas de problème s'il était question d'un parti politique. Seulement, le mouvement se réclame mouvement populaire.
Pour que ce mouvement soit réellement populaire, il faudrait que le peuple, c'est à dire toutes religions ou non religions (athées, musulmans, chrétiens, juifs, agnostiques, bouddhistes etc), tous bords politiques ou apolitiques (de gauche, de l’extrême gauche, du centre, des verts, de la droite, de l'extrême droite, des royalistes, etc), toutes convictions, tous milieux sociaux etc, y soient représentés.
Il faudrait bien sûr composer avec toutes les divergences, avec toute cette diversité.

2) (conséquences du 1er point) Je ne pense pas qu'une nouvelle constitution puisse être écrite par les représentants d'un parti, car, pour l'instant, un seul parti est représenté par le mouvement. Si rédaction d'une nouvelle constitution il y a, il est indispensable d'accepter que tout le monde participe à l'écriture de cette dernière (relire le 1er point). 
Il semble que vous avez déjà défini les conditions d'écriture de cette constitution. Entre vous (problématique récurrente de l'entre-soi). Votre constitution ne sera pas valable si tout le monde n'a pas validé et participé à : la décision d’écrire une nouvelle constitution, les conditions et les modalités d'écriture de ladite constitution, l'écriture de cette dernière. Comment comptez-vous la faire appliquer ? Allez-vous la proposer ou l'imposer (coup d'état ?)

3) J'ai entendu une personne qui proposait un dialogue, au sein de nuit debout (périscope d'AG), avec l'extrême droite, se faire huer. Une femme a souhaité prendre la parole et quand elle a dit que son mari était dans les forces de l'ordre - ce qui ne l'empêchait pas de partager des idéaux avec le mouvement, elle s'est faite huer, si bien qu'elle est partie avant de pouvoir terminer d'expliquer sa situation.
Et ça parle de tolérance, dans les AG.

4) J'ai su (Twitter) qu'une assemblée a scandé « Tout le monde déteste la police ». La Police n'est pas un ennemi. Je ne vois pas l'intérêt de faire tourner sur les réseaux sociaux, des vidéos de fins de manifestations, sorties de leur contexte, montrant des violences policières. Il y en a, et il faut les condamner. Mais il y a des violences aussi côté manifestants (qu'il faut condamner aussi), et personne ne relaye les images. De la même façon, quand un manifestant est blessé, l'info tourne en boucle sur le net, mais quand des policiers sont blessés, personne ne relaye. En clair, il y a parfois des violences et ce des deux côtés, et choisir de ne montrer que celles commises par les forces de l'ordre, c'est de la manipulation. Un peu ce que j'ai pu voir reproché aux médias sur certains forums des assemblées.
Ce n'est pas constructif. Et je pose la question : à quoi bon monter les gens contre la Police ?

5) Les revendications – ah zut ! Il ne faut pas dire revendications parce que Mr Lordon l'a dit. Les propositions, alors, ou les projets, qu'importe.
a) Le féminisme. Féminiser la langue française. En quoi cela va changer les choses ? J'aimerai que l'on m'explique l'idée dans les détails. Si on ajoute des « e » partout, y aura moins de violences faites aux femmes ? Y aura plus d' « égalité » ?
Le féminisme, oui, si c'est pour que les femmes soient payées, à travail égal, autant que les hommes. Le féminisme, oui, si c'est prendre la défense des femmes musulmanes qui souhaitent porter le voile. Il n'y a pas une façon d'être libre, d'être femme. Il est même question, au sein des assemblées, je cite d' « imposer le féminisme ». Traduisez, l'on va imposer aux femmes notre façon d'être libre. Le féminisme, oui, s'il est question d'équité. Mais ce qui est mis derrière le mot « égalité » est parfois inquiétant. En passant, en quoi le fait que la société soit patriarcale (l'est-elle réellement toujours ?) est un problème ?

b) « L'ouverture des frontières ». En voilà une belle idée. Mais dans un état d'urgence, avec une menace terroriste, cela est beaucoup moins séduisant. Et surtout, surtout, le mouvement se dit contre la mondialisation, dans le même temps j'ai entendu « nous sommes citoyens du monde ». Si vous êtes citoyens du monde et pour l'ouverture des frontières, j'ai du mal à comprendre comment vous pouvez vous prétendre contre la mondialisation. Cela manque de cohérence.
Si vous voulez –idée marxiste, abolir les frontières, et si vous vous réclamez citoyens du monde, ne pensez-vous pas qu'il va vous falloir un gouvernement mondial ? Avec une monnaie unique. Vous avez déjà entendu parler d'une gouvernance mondiale ?… êtes vous au fait des conséquences que cela pourrait avoir ? 

c) Le « port d'un signe distinctif », pour se reconnaître et afficher son appartenance au mouvement, a été voté dans ma ville à la seconde assemblée, sans débat préalable. Est-ce bien nécessaire que j'explique en quoi c'est une mauvaise idée ?…

d) « Contre le racisme et les discriminations » On ne peut être que d'accord avec ce vote. Là où les choses se compliquent, c'est quand il est dit qu'il existe, par exemple, une homophobie d'état. Autant il est évident que l'état a un problème avec l'Islam, autant on ne peut pas dire que l'état soit homophobe ; si c'était le cas, le mariage pour tous n'aurait pas été mis en place. J'ai vu sur certains forums, que les femmes pouvaient être incluses dans les « minorités » à défendre. Les femmes sont une minorité ?… Il faudrait clarifier tout ceci.
   
e) « Pas de récupération » Ok, je crois que c'est raté (voir point n°1)

f) Il y a bien sûr des « projets » que je soutiens, depuis mon petit appartement -du coup : « L'arrêt des interventions politiques et militaires à l'étranger », j'ajoute qu'il faudrait aussi réparer matériellement, humainement et financièrement des dégâts causés.
« Pour l'amnistie des condamnés des mouvements sociaux », oui, mais s'ils ont mis le feu a des poubelles ou lancé des bouteilles sur la Police, ils doivent répondre de leurs actes. 
Concernant l'écologie, je soutiens bien entendu cette cause. 
« Pour l'accueil des migrants », oui, si les conditions de cet accueil sont réunies. Il y a des migrants à Calais qui repartent chez eux, déçus. Une personne sur place a dit : « Avant je ne buvais pas, je ne fumais pas, maintenant je bois et je fume, il n'y a rien à faire ici, j'ai perdu un an de ma vie, j'envisage de rentrer. » Oui pour l'accueil des migrants si vous savez comment gérer la situation, et qu'ils ne se retrouvent pas parqués je ne sais où.
« Contre la prolongation de l'état d'urgence ». Oui, cela ne peut devenir permanent. De plus, si un autre problème survenait pendant l'état d'urgence, quelles autres mesures seraient prises, puisque l'état d'urgence fait déjà partie de ces mesures ?

6) Les violences
Des vitrines de banques et d'assurances ont été brisée à Paris. Je comprends que l'on soit en colère, notamment contre les banques, mais ce n'est pas en cassant des vitrines que vous allez régler le problème -bien réel, des banques. Vous pouvez tous retirer votre argent des banques en même temps, là, ça fera beaucoup plus mal étant donné qu'il n'y a pas assez d'argent dans les banques pour répondre à cette demande. Par contre, si vous faites ça, si beaucoup de monde fait ça, il faut avoir conscience que le système des banques peut s'effondrer, et tout entraîner dans sa chute. Si vous faites ça, il faut penser à après. Anticiper. À fond. Sinon, c'est complètement inconscient.
 
7) Origine et manipulation du mouvement
Mr Lordon l'a dit, la loi travail n'est qu'un prétexte. Il est possible que cette proposition de loi ait eu pour objectif d'allumer la mèche, en tout cas, elle l'a allumée.
Il est intéressant de constater que les assemblées, devenues le mouvement Nuit Debout, sont apparues en même temps dans toute la France, avec exactement les mêmes « revendications », le même mode de fonctionnement (commissions), le même vocabulaire très connoté, par exemple « lutte ». Cela fait penser à la révolution française de 1789 :
« Ainsi, dans cette singulière campagne, tout se passe comme si la France entière obéissait au mot d'ordre du mieux monté des partis, et on ne voit pas de partis.
Il y a là un phénomène étrange qu'on n'a peut-être pas assez expliqué. Car il ne suffit pas de dire que la France d'alors était révolutionnaire : la communauté des idées ne rend pas compte du concert des actes. Ce concert suppose une entente, une organisation quelconque. » (article reproduit dans "Les sociétés de pensées et la Démocratie moderne" Plon 1955)
Vous croyez que nuit debout et tous les mouvements de ce type qui fleurissent partout en France en même temps sont des mouvements émanant du peuple, vous voyez bien pourtant qu'il y a des gens à leur tête, qui chauffent la foule, désignent vos ennemis.
Je vous invite à lire cet article du Figaro (han ! Elle lit le Figaro !) : Genèse d'un mouvement pas si spontané.
Je vous invite également à vous pencher sur le rôle des Jacobins dans la Révolution Française de 1789. Cela permet de mieux comprendre le mouvement actuel des Nuits Debout.
Étant donné qu'il existe plusieurs versions de l'histoire de France, n'hésitez pas à les comparer.
Je terminerai avec un extrait du livre de Louis Daménie, au titre provocateur de « La révolution. Phénomène divin, mécanisme social, ou complot diabolique ? », que voici : 
« La Révolution n'a pas renié Louis Blanc mais elle lui a préféré Michelet (…) elle préfère celui qui embellit le décor.
La raison de ce choix est évidente ; est-ce que le spectacle ne perd pas de son attrait lorsque les artifices des coulisses sont dévoilés ? »

Mes propositions : le débat, l'information, le boycott, les pétitions, les actions en justice, retour à la banque de France, référendum pour toutes les questions sociales. Entendons-nous, je partage, et beaucoup de gens partagent, une partie de votre constat. 

Exemples :

Boycott : si personne ne consomme Macdo, Macdo disparaît, si tout le monde mange Bio, moins de pesticides dans les assiettes (je pléonasme) etc.

Information : dialogue, tracts, chansons, affiches etc pour expliquer et convaincre de la dangerosité des pesticides, des perturbateurs endocriniens, de l'aluminium comme adjuvant dans les vaccins, des OGM, de l'importance de manger Bio etc
Pétitions : non à l'introduction des OGM dans les produits Bio, non aux OGM sur le territoire, demande d'expertises indépendantes sur la toxicité des pesticides, etc
Actions en justice : plaintes collective. Par exemple, les pesticides sont nocifs, et se retrouvent dans nos assiettes. Peut-on parler d'empoisonnement ? Ceci est-il autorisé par la loi ?
etc.   

#EnnuisDebout

Suite de l'article : Ennuis debout 2 Panem et circenses

Quant à moi, s'il n'y a rien de concret pour le moment, je suis sur beaucoup de choses (écriture, musique, histoire, actualités, dérives de la médecine etc), il s'agira donc de trouver le moyen de faire converger « mes luttes » ;-)